Pages

Subscribe Twitter Facebook

mercredi 4 janvier 2017

Inde

L'Hindouisme considère le mariage comme sacré. Un dieu hindou a toujours une épouse. Shiva ne se trouve jamais seul au temple ; Parvati, sa contrepartie, l'accompagne. Ils sont souvent représentés sous forme de double symbole sexuel. L'amour physique est sublimé. On a toujours recommandé la monogamie, mais un homme dont la femme est stérile peut prendre une seconde épouse sans que sa réputation en souffre.Seuls les rois et les chefs étaient presque invariablement polygames. 

Ce sont les parents qui choisissent les conjoints de leurs enfants selon des critères objectifs tels que caste, situation sociale, horoscope, dot (maintenant interdite par la loi, un fardeau écrasant pour qui mariait sa fille). Les futurs époux sont cependant libres d'accepter ou de refuser et, de plus en plus, ils influencent le choix des parents. Les rites matrimoniaux se célèbrent le soir. L'heure est fixée par de savants astrologues. Les rites prénuptiaux se déroulent sans interruption durant trois jours et continuent d'autant après la cérémonie. Tambours, flûtes, cymbales, chants populaires mélodieux) accompagnent les filles et les femmes allant de temple en temple en saris chatoyants et voiles colorés pour attirer la bénédiction divine sur les jeunes époux. 

La famille indienne continue d'être une grande famille comprenant oncles, tantes, cousins, et tous sont consultés. Le lien matrimonial est indissoluble une fois qu'on a fait les sept pas, rite prescrit par la cérémonie nuptiale. Le divorce est considéré comme le pire échec. La femme, dans l'optique indienne, a toujours été très honorée et estimée, contrairement à l'impression qu'ont les occidentaux. La tradition lui réserve une place de choix. Sans doute, son éducation est moins poussée. La femme orthodoxe marche derrière son mari et ne s'assied pas à sa table. La fillette est moins appréciée que ses frères dont elle s'occupe affectueusement, mais ce serait une erreur de croire que la femme indienne est asservie. 

Cependant, bien que considérée comme l'égale, elle est soumise à son mari et surtout à sa belle-mère qui régente toute la maisonnée. Elle conquerra toute sa dignité lorsqu'elle sera mère, surtout d'un fils. Les fils ayant grandi et pris une épouse choisie par les parents, elle aura mainmise sur tout et tous, filles et belles-filles en particulier. Mais, en attendant, interdiction d'élever la voix en présence des membres plus âgés. Elle est souvent, par définition, considérée comme hostile par sa belle-famille. Son pouvoir, elle l'imposera la nuit. Son empire s'exerce dans l'alcôve, véritable combat pour la prédominance, le premier devoir du mari étant de la satisfaire. Pour les hindous, la sexualité représente un des aspects positifs de l'existence.
Related Posts with Thumbnails